La fête de Pessa'h est une fête de la Torah : elle a été prescrite par l'Eternel à Moïse...Elle fait partie des fêtes de Pélerinage comme Shavouot et Souccot. Elle célèbre l'exode du peuple hébreu hors d'Egypte.

Pessa'h signifie "passer par dessus" pour  rappeler qu'au cours des Dix Plaies, l'Eternel tua tous les premiers-nés égyptiens mais il passa au-dessus des maisons juives et les préserva.


 
La fête se déroule du 14 au
22 Nissan (cette année du 4 au 11 avril 2014).La fête commence par le Seder, repas composé d’aliments à forte connotation historique et symbolique.



La fête de Pessa’h se caractérise par l'interdiction de posséder et consommer du ’hamets.
Le ’hamets désigne tout aliment, boisson ou autre produit alimentaire élaboré  à partir de blé, d’orge, de seigle, d’avoine, d’épeautre fermentés. Avant le début de la fête il faut donc se débarrasser de tout le 'hamets présent dans la maison (bedikat 'hamets).Le 'hamets trouvé est brûlé. Le  lendemain matin, on récite le bitoul pour que le 'hamets qui n'a pas été trouvé soit déclaré comme inexistant : "comme la poussière de la Terre".




Durant les huit jours de Pessa'h on consommera de la matza, pain non levé en souvenir des hébreux qui lorsqu'ils quittèrent l'Egypte n'avaient pas eu le temps de laisser le pain lever.



Le plateau du Seder est placé au centre de la table. Il contient  différents mets rappelant l’esclavage du peuple juif en Egypte et sa délivrance.

Sur le plateau du Seder se trouvent :

Zro’a : un os (de poulet ou d’agneau) en souvenir du "bras étendu" avec lequel D. nous délivra d’Egypte. Cet os grillé symbolise le sacrifice de Pessa’h. Il ne sera pas consommé  au Séder, ce soir-là toute consommation de viande est interdite.

Beitsa :  un oeuf dur, consommé en signe de deuil pour commémorer la destruction du Temple.

Maror : des herbes amères pour symboliser l'amertume de la vie d'esclave sous le joug des Egyptiens.La laitue est généralement utilisée pour accomplir la mitswa de Maror.

’Harosset : mélange à base  de dattes, de noix, de pommes, d’ amandes ,il symbolise le mortier avec lequel nos ancêtres fabriquèrent des briques pour les Egyptiens. Le mélange est délayé dans du  vin rouge en souvenir du sang des nouveaux-nés d’Israël versé par le décret de Pharaon.

Karpas : le plus souvent du persil, du céleri, des radis ou de  la pomme de terre. Le Karpas est trempé dans  l’eau salée en souvenir des larmes versées par nos ancêtres pendant leur esclavage en Egypte.

’Hazéreth : comme pour le Maror il s'agit de laitue.

Ces aliments ont surtout vocation à nourrir notre réflexion, chaque aliment véhicule une symbolique profonde et de nombreux enseignements y sont attachés.

Trois Matsot sont placées l’une au-dessus de l’autre sur un plateau  puis recouvertes d'un napperon.
Les Matsot représentent symboliquement les trois sortes de Juifs. La matza du haut appelée Cohen , celle du milieu appelée  Lévi et celle du bas appelée  Israël. La Matsa du milieu est cassée en deux, il restera encore deux Matsot entières sur lesquelles on récitera la bénédiction du Motsi.



La Haggada de Pessah est le texte utilisé pour la cérémonie du Seder. La Haggada date de l'époque de la Mishnah c'est-à-dire environ deux millénaires.





Elle raconte la libération des enfants d'Israël, en même temps qu'elle décrit les étapes du déroulement de la cérémonie du Seder.Elle a survécu à toutes les générations, a accompagné les juifs dans les moments de joie comme dans leurs pires souffrances.

Hag Pessa'h Sameah !